«Une fois par siècle, une pandémie peut mal tourner»

c’est ce que disait le Professeur Patrick Berche, chef du service de microbiologie à l’hôpital Necker en 2012 lors d’une interview pour Le Figaro:

« L’Histoire nous apprend que certaines pandémies, comme celle de 2009, peuvent tourner court et devenir très bénignes. Mais elle nous enseigne aussi qu’au moins une fois par siècle, en tout cas depuis le XVIIIe siècle, une pandémie peut mal tourner et décimer la population, comme la grippe espagnole en1918. Ce qui est sûr, c’est que des virus nouveaux apparaîtront à l’avenir et seront à l’origine de nouvelles pandémies, d’autant que la population du globe dépasse 7 milliards d’habitants, dont beaucoup vivent dans des conditions précaires. Nul ne peut prévoir ce qui en adviendra… « 

Les contaminations en dehors de la Chine, avec les dernières données scientifiques sur le Covid-19, suggèrent que nous pourrions bientôt voir une augmentation rapide des infections – en Chine et dans le monde entier. Il suffit de regarder ce qu’il se passe en ce moment en Italie, en Iran et en Corée du Sud pour s’en rendre compte.

La meilleure façon de se protéger est de vous procurer dès maintenant, avant rupture de stock, des masques de protection contre le virus mais aussi des lotions désinfectantes anti-virus, des sprays désinfectants spécial coronavirus mais aussi des gants en nitrile ultra résistant et des lunettes de protection contre le virus.

Coronavirus: pourquoi cela ressemble à une pandémie?

  • Le virus est très contagieux et certaines personnes semblent être en mesure d’infecter d’autres personnes avant même de savoir qu’ils sont malades. les dernières données scientifiques suggèrent que certaines personnes peuvent transmettre le virus très tôt dans leur maladie ou avant même de présenter des symptômes — ce qui est encore différent du SRAS et du MERS, et suggère une contagion plus semblables au virus de la grippe qu’au SRAS.
  • Les pays sont encore à la recherche de la maladie uniquement chez les personnes qui ont voyagé en Chine: La principale méthode de dépistage dans de nombreux pays est encore de tester les passagers en provenance de Chine, ou de la province du Hubei seulement. Mais comme nous l’avons vu, la propagation se produit bien au-delà de ces personnes. Et d’autres cas peuvent être non détectés.
  • Avec la saison de la grippe en cours, identifier les cas et les contagions devient un vrai casse-tête : Le défi avec cette maladie est que les symptômes cliniques ressemblent à d’autres maladies virales, comme la grippe. Ainsi les personnes avec la grippe, et les médecins les examinant, peuvent même ne pas penser de suite à Covid-19, particulièrement pour les personnes qui ne se sont pas rendus en Chine.
  • L’augmentation des cas possible en Chine dès que les restrictions de voyage seront progressivement levées: Le pays a pris des mesures draconiennes pour stopper le virus, la mise en quarantaine de millions de personnes et l’arrêt des transports en commun et des voyages. Mais le milieu des affaires est de plus en plus frustré par ces restrictions et fait pression sur le gouvernement chinois pour lever certaines mesures.
  • De nombreux pays ne font que commencer à dépister le virus: jusqu’à la semaine dernière, seuls deux pays d’Afrique — le Sénégal et l’Afrique du Sud — avaient la capacité de laboratoire pour dépister ce virus.
  • Certaines personnes peuvent avoir des douleurs abdominales avant les symptômes respiratoires – et ce n’est pas quelque chose que les responsables de la santé ont prévu lors du dépistage. Ce coronavirus est encore très nouveau, et nous ne connaissons pas encore tout le spectre de la maladie. Bien qu’il s’agisse d’une infection respiratoire, un article récent JAMA révèle que certains ont d’abord des symptômes abdominaux. Cela signifie que « nous ne pouvons pas détecter les cas qui ne se présentent pas de la manière classique avec la fièvre et les symptômes respiratoires » a dit William Schaffner, un expert de maladies infectieuses à l’université de Vanderbilt.

Plusieurs experts ont suggéré à plusieurs reprises qu’il y aurait des milliers de cas qui ne seraient pas détectés dans le monde. L’un d’eux, de l’Imperial College de Londres, a estimé qu’environ « les deux tiers des cas de Covid-19 exportés de Chine continentale sont restés inaperçus dans le monde entier, ce qui pourrait entraîner de multiples chaînes de transmission interhumaine non encore détectées en dehors de la Chine continentale. »

Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

Laisser un commentaire