Gestion du coronavirus en France: hôpitaux et médecins en quarantaine, réanimation fermée

Les deux hôpitaux en quarantaine actuellement en France ont eu deux des premiers patients infectés par le coronavirus hospitalisés pendant quelques jours. Au moins un service de reanimation est fermé. Ils couvrent une zone d’habitation de 150.000 et 200.000 habitants respectivement. Un medecin urgentiste resume bien la situation actuelle à Creil et à Compiegne: « Il y a un risque de crise sanitaire» .
Pendant ce temps, le ministre de la Santé a parlé de la « phase deux de l’épidémie » et suspendu tous les événements avec plus de 5.000 personnes.

Service de réanimation fermé pendant 14 jours

Alors que le nombre de cas de patients atteints de coronavirus positifs en France s’élève au moins à 100 et qu’il est destiné a augmenter, l’une des principales préoccupations est la suivante: est-ce que le système de santé français est prêt pour répondre à l’épidémie si elle continue à se propager les prochains jours et les prochaines semaines, comme en Italie? Comment soigner les patients atteints de coronavirus si les hôpitaux ferment et si les médecins sont en quarantaine? Comment soigner les cas les plus graves si les services de réanimation ferment?

Un hôpital en Chine: file d’attente de patients

Dans le département de l’Oise (nord de Paris) en effet, deux hôpitaux qui ont accueilli deux des premiers cas infectés connaissent de nombreuses difficultés opérationnelles. Environ 200 salariés du personnel de santé des hôpitaux de Creil et Compiègne ont été mis en quarantaine après que les deux patients admis aient été diagnostiqués avec le coronavirus.
A l’hôpital de Creil, où la première victime Français de 60 ans est décédée, le service de réanimation a été fermé faute de personnel : il rouvrira après les 14 jours d’auto-isolement requis par les médecins et les infirmières.

Hôpitaux et médecins en quarantaine: risque de crise sanitaire

Dans le département de l’Oise, la situation est très similaire à celle de Codogno à Lodigiano : les deux premiers cas détectés dans cette région, en fait, ne semblent pas avoir été en Italie ou dans d’autres zones à risque. Le ministère de la Santé a déclaré qu’il avait envoyé des scientifiques infectieux et des spécialistes sur le site pour reconstruire l’évolution de l’infection.
La première victime Française est un enseignant de 60 ans qui enseignait au lycée Jean de La Fontaine à Crépy-en-Valois. Il avait été admis à l’hôpital de Creil pendant six jours avant d’être transféré à Paris dans un état respiratoire grave. Ce n’est qu’à son arrivée dans la capitale qu’il a décidé de le tester. Il y a environ une centaine de médecins et infirmières qui ont été priés de rester chez eux, en quarantaine, et le service de réanimation a donc été fermé pendant 14 jours. « C’est une situation qui peut se transformer en crise sanitaire », a déclaré Loïc Pen, syndicaliste CGT et médecin hospitalier à L’Humanité. Les patients avec des conditions sérieuses devront être transférés ailleurs. « Nous sommes avec un bassin de 150 000 habitants qui n’ont plus de secours primaire ou de réanimation ».

A lire aussi notre article La France est-elle vraiment préparée?

Situation à l’hôpital de Compiègne: cet établissement compte également une centaine de personnel medical en quarantaine et la situation à l’hôpital est très tendue. « Notre principal problème », a déclaré le maire de Compiègne Philippe Marini dans un communiqué, « c’est le manque de moyens médicaux pour continuer à accueillir les malades aux urgences et en réanimation. Il est nécessaire d’aller au-delà de l’effort opportun pour remplacer le personnel, car la situation est très difficile et durera plusieurs semaines ».

A l’hôpital Tenon à Paris, 3 membres du personnel de santé ont le coronavirus et 56 infirmières sont en quarantaine

Dans la capitale Française, l’une des situations les plus difficiles est enregistrée à l’hôpital Tenon où un patient de 82 ans est hospitalisé. Trois membres du personnel médical ont été testés positifs. Au total, cependant, 56 infirmières ont été en contact avec le patient et sont mises en quarantaine à leur domicile. « Ce n’est pas une surprise », a déclaré au Monde Gilles Pialoux, le directeur du service des maladies infectieuses, « parce que le patient n’a pas été testé parce qu’il ne provenait pas d’une zone à risque […] nous l’avons fait lorsque les recommandations ont changé ».

Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

Laisser un commentaire