Coronavirus: mauvais pronostic pour les fumeurs

Les fumeurs sont plus à risque de developper des complications graves s’ils sont infectés par le coronavirus. Les données proviennent des hôpitaux chinois et italiens et montrent que, parmi ceux qui tombent malades, le parcours de ceux qui ont des antécédents de tabagisme est plus difficile.

Coronavirus chez les fumeurs, le risque de finir en soins intensifs est élevé

C’est ce que confirme une étude chinoise sur le coronavirus (chez 1063 fumeurs et non-fumeurs) publiée dans le New England Journal of Medecine.
Cette étude évoque un risque pour un fumeur augmenté de 133% par rapport au risque d’un non-fumeur de contracter une forme très sévère nécessitant soit une ventilation artificielle soit un passage en réanimation ou encore aboutissant au décès.

D’après d’autres données, provenant d’Italie cette fois, Walter Ricciardi, conseiller du ministre de la Santé et représentant italien de l’OMS Organisation Mondiale de la Santé, explique : « Nous constatons, d’après les données cliniques provenant des patients hospitalisés, que les fumeurs ont plus de chance d’avoir des complications s’ils attrapent le coronavirus. En d’autres termes, les fumeurs ont un mauvais pronostic parce qu’ils sont plus susceptibles d’avoir une insuffisance respiratoire que les non-fumeurs.»

Et pourtant, avant le placement en confinement de toute l’Italie, il y a eu une ruée vers les distributeurs automatiques de cigarettes (bien qu’en réalité les magasins de tabac ne soient pas fermés).

Une précision toutefois : la possibilité de contagion est la même entre les fumeurs et les non-fumeurs, mais le pronostic est plus mauvais pour les fumeurs parce que le virus va s’attaquer à un système respiratoire, en quelque sorte, déjà endommagé par le tabagisme.
Il est donc important de connaitre ce risque.

A lire aussi notre article sur les personnes à risque.

Arrêter de fumer, disent les experts, est maintenant plus important que jamais.

Walter Ricciardi a lancé un appel aux fumeurs (lien en italien): « Attention aux fumeurs: ceux qui fument et qui sont infectés par le coronavirus ont un pronostic bien pire, essayer d’arrêter dès que possible. »

Ce risque, par rapport aux points positifs de Covid-19 qui ne fument pas, peut plus que doubler. Arrêter de fumer, disent les experts, est maintenant plus important que jamais.

Il n’est pas nouveau que la fumée de cigarette active et passive puisse gravement nuire à la santé en favorisant également les infections respiratoires. Pour cette raison même, à un moment où l’urgence du coronavirus est évidente, les experts mettent en garde contre le risque de complications graves chez les fumeurs.

Données médicales

Il y a, entre autres, des données scientifiques claires venant d’Italie, le pays le plus touché par le coronavirus en dehors de la Chine, publiées par l’Institut Supérieur de Santé (lien en itaien): un tiers des fumeurs positifs au covid-19 ont eu une situation clinique plus grave que les non-fumeurs au moment de l’admission et, en particulier, pour cette catégorie de personnes le risque de finir en soins intensifs et d’avoir besoin d’une ventilation mécanique a plus que doublé.

Selon les experts italiens, ces études émettent également l’hypothèse que l’état du tabagisme peut indiquer la différence entre les sexes dans le taux de létalité trouvé à 4,7% chez les hommes contre 2,8% chez les femmes.
Pour faire un parallèle avec la situation en Chine, la prévalence des fumeurs masculins dépasse 50% alors que la prévalence des femmes est inférieure à 3%, ce qui pourrait expliquer qu’environ les 2/3 des décès constatés en Chine soient des hommes (voir Table1 China CDC Weekly)

Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

Laisser un commentaire