Comment l’Allemagne protège ses hôpitaux et ses médecins

Des tests de dépistages du covid19 effectués depuis le mois de janvier, jamais dans les hôpitaux mais par les médecins généralistes, qui étaient déjà bien preparés et bien protégés pour lutter contre le coronavirus dès le début de l’année.
Comment l’Allemagne protège ses hôpitaux et ses médecins du covid19 et se prépare au pic de contagion?
Aujourd’hui, d’abord avec des Abstrichzentrum, les centres ad hoc, dispersés sur tout le territoire, qui permettent d’effectuer les tests de dépistage directement de la fenêtre de la voiture, comme en Corée du Sud, mais aussi grâce au rôle fondamental des médecins de famille. En effet, depuis janvier 2020, les médecins généralistes, principaux référents des patients sont aptes, si les conditions de sécurité le permettent, à effectuer directement les tests de dépistage, qui sont envoyés ensuite aux laboratoires.
L’Allemagne a donc décidé de mener sa bataille pour suivre l’infection par le coronavirus dans le pays – jusqu’à un demi-million de tests de dépistage par semaine – et de protéger ses hôpitaux contre la pandémie, en attendant l’augmentation des cas qui mettront à l’epreuve le système de santé de 28 000 places en soins intensifs.

Beaucoup de tests de dépistage (500.000 par semaine) – très tôt

Un modèle mathématique développé par la London School of Hygiene – Tropical Medicine estime qu’en Allemagne le nombre de cas positifs détectés correspond à 66% des cas réels de Covid-19. Le même modèle donne à l’Italie une capacité de suivi de 5%. L’explication a été donnée dans une interview au journal Der Spiegel du virologue de l’hôpital universitaire de la Charité à Berlin, Christian Drosten. Il a expliqué que jusqu’à « un demi-million d’écouvillons » sont effectués chaque semaine en Allemagne, un chiffre supérieur à l’ensemble des tests effectués par l’Italie depuis le début de la pandémie. En outre, Christian Drosten lui-même a révélé que les premiers tests sur les personnes des zones à risque remontent à début janvier.

Aucun test de dépistage effectué dans les hôpitaux

L’Allemagne dispose d’un vaste réseau de laboratoires indépendants, dont beaucoup ont commencé à tester dès les premières semaines de 2020. Pour cette raison, il est plus facile d’effectuer un grand nombre de tests. Depuis le début du mois de mars, des abstrichzentrums spéciaux ont été créés où le test peut être effectué sur rendez-vous, mais seulement si vous avez été classé comme cas suspect par le ministère de la Santé ou le médecin de famille. L’Institut Robert Koch a défini un cas suspect quand la personne présente des symptômes et a été en contact au cours des 14 derniers jours avec un patient positif ou qui se trouve dans une zone à risque. Dans la plupart des centres, vous restez dans votre voiture et exécuter le test directement en ouvrant simplement la fenêtre.

L’implication des médecins généralistes

S’il n’est pas possible de prendre rendez-vous dans l’un des centres, la procédure allemande prévoit que le médecin généraliste peut effectuer le test. C’est la première personne que le patient doit contacter en cas de symptômes et, s’il a l’équipement de protection individuelle nécessaire, il peut se rendre à la maison de son patient pour effectuer le test.
Il est possible aussi de contacter le ministère de la Santé qui s’occupera ensuite du test à domicile, directement à votre porte.

Le facteur temps pour corriger les lacunes

Le quotidien berlinois Tagesspiegel rapporte que les hôpitaux, les médecins généralistes et les cliniques ont un besoin urgent de protection personnelle. Six millions de masques que le ministère de la Santé avait commandés sur le marché étranger ne sont jamais arrivés.
Afin de développer et d’améliorer sa stratégie, l’Allemagne a eu le facteur temps de son côté. Les premières foyers de contagion allemands se sont développées beaucoup plus tard qu’en Italie et dans d’autres pays européens. Berlin, malgré les lenteurs initiales dans l’application des mesures de restriction pour contraster la propagation du virus, a été en mesure de préparer et de protéger les hôpitaux contre la contagion.

28 000 lits disponibles en soins intensifs

Environ 15 à 20% des personnes positives sont admises dans des hôpitaux allemands, dont un tiers ont besoin de soins intensifs. À ce jour, il n’y a pas d’urgence, car le nombre de patients covid-19 qui ont besoin de réanimation est « un nombre que le système de santé peut encore gérer ». Le ministre de la Santé Allemand, Jens Spahn, s’est montré optimiste pour l’instant, fort des 28 000 lits de soins intensifs dont l’Allemagne dispose. C’est précisément parce que l’épidémie est à la traîne par rapport à d’autres pays, que les autorités sanitaires sont déjà en pré-alerte parce qu’elles croient que chez la plupart des gens, la maladie n’est pas encore à un stade avancé. Comme en Italie, toutes les chirurgies non urgentes ont été reportées et un registre national des places occupées et disponibles a été créé. L’objectif du gouvernement est de doubler le nombre de lits de soins intensifs.

Un paquet d’aide pour les hôpitaux

Un paquet d’aide de 156 milliards d’euros, finalement approuvé par le Bundesrat, le Conseil Fédéral, vendredi, fournira 50.000 euros en primes pour chaque nouveau lit en soins intensifs créé par un hôpital, ainsi qu’un taux forfaitaire journalier de 560 euros pour chaque place de réanimation rendue disponible pour les patients Covid19. Pour les autres coûts supplémentaires tels que l’achat d’équipement de protection individuelle, les hôpitaux recevront 50 euros supplémentaires par patient du 1er avril au 30 juin.

L’hypothèse du suivi des personnes en quarantaine par des applications

Malgré le début des pénuries sur le front des tests de dépistage disponibles, l’Allemagne est convaincue de poursuivre sa stratégie de dépistage massif. En effet, le groupe allemand Bosch vient de produire un test rapide pour le coronavirus qui pourrait donner le résultat dans les 2 heures et demie. L’appareil, de Bosch, qui permet les tests automatisés devrait être sur le marché début avril et le groupe assure une précision de 95%. Par ailleurs, un document du ministère de l’Intérieur révélé par Der Spiegel et Sueddeutsche Zeitung, les journaux les plus lus et les plus influents du pays, a révélé l’intention du gouvernement d’utiliser les téléphones portables pour suivre l’emplacement et les mouvements des gens. Si la protection de la vie privée le permet, la future stratégie pourrait être un nombre encore plus grand de tests combinés au contrôle des personnes en quarantaine, afin de prévenir de nouvelles flambées.

Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

1 thought on “Comment l’Allemagne protège ses hôpitaux et ses médecins

  1. Pingback: Informations sur les coronavirus en direct en France – DIRECT INFO

Laisser un commentaire