« Ce n’est pas une grippette », des jeunes aussi sont en soins intensifs

« Les adolescents se considèrent immortels. Mais il y a aussi des jeunes en réanimation, avec des problèmes très graves. Trente ans et même plus jeune. Peu de cas, mais il y en a.» previent Massimo Galli, spécialiste et directeur du service des maladies infectieuses de l’hôpital Sacco de Milan.
Effectivement, des jeunes aussi sont en soins intensifs en Italie, environ 8% des malades atteints du coronavirus agés de 25 à 49 ans sont en soins intensifs.

Le Pr Marc Van Ranst, virologue en Belgique, a lui aussi souligner que la Covid-19 n’épargne personne, même si, incontestablement, les chiffres démontrent une incidence et un taux de mortalité nettement supérieurs parmi les personnes âgées.

« Ce n’est pas une grippette, il peut donner des formes graves sur des personnes pas si âgées que ça et ne souffrant pas de pathologies chroniques », expliquait Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, lors d’une conférence de presse mardi 10 février 2020. Certains cas graves peuvent survenir chez des personnes jeunes.
En Italie, le premier patient infecté est un homme de 38 ans, en bonne santé et sportif. Il va mieux mais il est toujours en hospitalisé depuis le mois de février.

Les personnes jeunes doivent se protéger aussi bien pour elles que pour les autres.

« Il ne suffit pas [pour développer une forme grave du coronavirus] d’avoir une pathologie et plus de 75 ans […] C’est déjà une réalité sur le terrain : des jeunes sans comorbidité, en réanimation, avec des complications respiratoires graves qui nécessitent un jour de ventilation artificielle. » previent Gilles Pialoux, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon à Paris sur Europe 1.

Le président de la République, lui-même, a évoqué « une deuxième vague » de l’épidémie qui pourrait toucher les plus jeunes.

Toutefois, très peu d’enfants et adolescents sont contaminés dans le monde, pourquoi?
À l’heure actuelle, si on analyse la situation en Chine et en Italie, on ne sait toujours pas précisément pourquoi les enfants ont l’air « épargnés » par rapport à ce nouveau coronavirus. D’autant qu’en general, c’est le contraire qui est observé dans les infections virales. Ce sont eux qui développent souvent les premiers les symptômes respiratoires et qui transmettent ensuite la maladie.

Une explication pourrait venir du système immunitaire de l’enfant, moins développé que celui de l’adulte. Il se pourrait qu’il réagisse moins fortement à l’infection, ce qui pourrait expliquer le fait que les plus jeunes fassent moins de complications., comme le suggèrent certains experts.

Même s’ils ne sont pas les plus malades, les enfants peuvent transmettre le virus...

Même s’ils ne sont pas les plus malades, les enfants peuvent transmettre le virus.

Les enfants, les adolescents et les jeunes adultes peuvent transmettre le virus. C’est pourquoi il faut absolument éviter que des enfants, comme des adultes, avec une infection respiratoire ne soient en contact avec des personnes âgées ou des adultes fragiles.
Les symptômes sont les mêmes pour tout le monde, adultes et jeunes: essentiellement fièvre, de toux et encombrement nasal. Un faible pourcentage présente également des symptômes digestifs (nausées, vomissements…).

Concernant les bébés, il a été observé que ceux qui ont contracté le coronavirus en Chine et en Italie n’ont pas développé de complications du virus.

Les enfants aussi peuvent transmettre le virus, en léchant les barres de metal, par exemple
Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

Laisser un commentaire