Carnaval de Nice ou dépistage du coronavirus: il faut choisir

Pas de dépistage à Nice avant lundi pour ne pas annuler le carnaval…

Alors que l’Italie a recensé plus de 300 cas de contamination au nouveau coronavirus et compte au moins 11 morts, le CHU de Nice (Alpes-Maritimes) doit mettre en place des tests de dépistage au plus vite. Le député (LR) Eric Ciotti a assuré que ces tests ne seraient toutefois lancés qu’à partir du lundi 2 mars, soit dans près d’une semaine. Sous-entendu: après le carnaval de Nice…

« Pour l’heure aucun cas n’a été détecté à Nice », a rassuré le maire Christian Estrosi, et pour cause, les tests de depistage ne seront mis en place qu’à partir de lundi!

Les célébrations du Carnaval de Nice reprendront ce soir place Masséna, [on apprend cependant par Nice-Matin que la ville a décidé vers 17h d’annuler «à titre préventif» les festivités du samedi (la bataille de fleurs et le corso nocturne)] tandis que le maire de Menton M. Guibal a confirmé qu’il ne céderait pas à la panique : « Il n’y a aucune raison de supprimer la Fête du Citron [finalement annulée elle aussi vers18h aujourd’hui, annonce Nice-Matin]. S’il y avait plus de cas suspects et si ceux de contamination approchaient, nous pourrions encore penser à une annulation possible ». On en reparlera dans une semaine ou deux.

La ville de Nice est-elle préparée à détecter de potentiels cas de nouveau coronavirus (Covid-19) ? Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a reconnu que l’épidémie restait « à nos portes », quelques heures avant l’annonce de deux nouveaux cas dans l’Hexagone.

La santé des français n’est pas la priorité du moment. Le coronavirus peut bien attendre un peu…

En d’autres termes, cela signifie que le coronavirus ne fait pas peur au gouvernement français, contrairement aux gouvernements de Chine, d’Italie, d’Iran et de tous les autres pays du monde qui se préparent et mettent en place des mesures parfois draconiennes pour lutter et contenir ce virus.

C’est une façon aussi de dire aux experts du monde entier que leurs recherches ne valent rien et que les recommandations de l’OMS ne comptent pas non plus aux yeux du gouvernement français: les affaires, le business, l’économie passe avant la santé des français. (Le carnaval génère 30 millions d’euros de retombées économiques pour 6 millions d’euros de budget).

A lire aussi sur le site de Mediapart, l’article de Bruno Bertez : « Coronavirus : le pognon d’abord« .

Et pourtant le coronavirus entraine bien des symptômes graves dans 20 à 25% des cas confirmés. Cela signifie que dans ces cas graves, une hospitalisation est nécessaire, avec tout ce que cela entraine : les lits d’hôpitaux, le personnel soignant formé et spécialement préparé, les médicaments… Est-on vraiment certain que les hôpitaux publics français seront à la hauteur pour soigner toutes les personnes qui vont se présenter aux urgences avec une pneumonie dans deux semaines?

L’impact d’une telle décision ne pourra se mesurer que dans une semaine ou deux. [mise-à-jour à 17h25: la ville de Nice a décidé vers 17h d’annuler «à titre préventif» les festivités du samedi (la bataille de fleurs et le corso nocturne), la Fête du citron annulée elle aussi. Notre article a certainement contribué à prendre cette sage decision.]

L’attitude des francais face au danger imminent
Content Protection by DMCA.com

About Marion Martin

L'observatoire international des maladies infectieuses et tropicales, comprend des médecins spécialisés dans tous les domaines des maladies infectieuses, plus particulièrement les infections de l'immunodéprimé, du voyageur et du migrant et les infections émergentes ainsi que l'infection 2019-nCov et la tuberculose

Laisser un commentaire